Le temps

Ce mois de janvier dernier. Ce mois de mistral où j'ai tout envoyé balader.

Plus de connexion, c'est re-découvrir le temps. Le temps est long au début. C'est même étrange les premiers jours, je ne cours plus après le temps puisque j'ai maintenant le temps. Je n'ai plus cette tension permanente de publier quelque chose sur le net. Je m'ennuie et je tourne en rond avec encore la tentation d'allumer mon ordinateur, mais je me l'interdis. J'ai supprimé toutes les notifications sur mon téléphone, vous savez ces petites bulles d'informations qui clignotent joyeusement pour vous prévenir que quelqu'un commente un article ou aime votre dernière photo. Il y a alors ce sentiment désagréable qui surgit : ne plus exister ou ne plus être aimé(e). Je savais que j'allais devoir faire face à ça, l'oubli. Ce mot qui désigne le trou béant, silencieux, où il n'y a personne qui pense à toi. Le truc qui faisait que je brandissais le téléphone et ses applications à tout va, non non tout ça c'est bel et bien fini. Pour parachever le tout, j'ai volontairement supprimé mon business-compte instagram aux 4900 followers (certains diront que c'est une folie mais ça, je l'assume complètement) (et.. dernièrement ouvert un autre compte Instagram bien plus personnel, où je publie avec tact et envie).

Je re-découvre les livres, le rangement, les sorties, mes enfants, l'imagination, la sieste, le rien, le silence, les gens, les repas, mon bureau, le chat du voisin, la contemplation et la rêverie. Je prends maintenant le temps de réfléchir, de penser et d'agir. Avant, tout était urgence. Maintenant tout est presque serein, calme, et limpide. C'est même presque déstabilisant au début.

Je me retrouve face à moi-même. Sans miroir, sans like, sans clics, sans mails, sans notifications, rien. Je me dis qu'il va vite falloir rebondir, vite trouver quelque chose à proposer à mes gentils et fidèles followers. Je n'en ai plus envie en fait. J'ai épuisé toutes mes cartouches. J'ai fait le tour de la question, et l'impensable-innommable est là comme une évidence : je n'ai plus de créativité, mon inspiration, pschitt elle est partie comme elle est venue.

Et c'est là que tu maudis le virtuel. Et c'est la que la vraie vie prend toute sa valeur. Que l'essentiel est juste devant mes yeux : le luxe d'être soi.


Le mot Virtuel est un adjectif (qui peut être substantivé : le virtuel) utilisé pour désigner ce qui est seulement en puissance, sans effet actuel. Il s'emploie souvent pour signifier l'absence d'existence. (Source Wikipédia)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message ^_ ^
Je vous répondrai personnellement dans les meilleurs délais
A très bientôt !