Featured Slider

Boro Stitching


A la recherche de tutoriels sur le patchwork, je suis tombée sur une méthode ancestrale japonaise : le Boro Sashiko, (qui consistait à l’époque à repriser des vêtements en coton et de couleur denim), est en fait une technique particulière de points réguliers en forme de grain de riz. Source d’inspiration, cette forme de broderie m’a donné envie de réaliser des petits dessous de tasses à café. Que cela tienne, j’ai pris quelques coupons de tissus, puis assemblé les uns aux autres pour former un carré et zou, on « matelasse » en prenant bien le tissu du dessus avec la couche de molleton fin, ressemblant au patchwork. Donner une deuxième vie aux chutes de tissu, comme on dit « up-recycling fabric », en voilà une bien chouette alternative, c’est presque addictif, tout comme le café.




C'est dimanche


On mène une vie de dingue. C’est la course, la compétition. On finit parfois par s’oublier, méprendre les valeurs, et perdre l’essentiel. Je suis passée par là. Un jour tu te réveilles comme un matin de nuit blanche. Une envie irrépressible de se re-centrer, de se poser quelques instants, et d’écouter. C’est comme quitte ou double, ça passe ou ça casse. Dans cette folle poursuite du temps, à celui qui s’éleva le plus vite dans les rangs, celui qui aura l’objet high-tech dernier cri et celui qui arbora ses conquêtes et acquisitions immatérielles, j’avoue que je ne me reconnais plus. Genre partir au fin fond d’une communauté Mormont, non, mais je souhaite juste renouer un peu avec la simplicité et une touche d’authenticité. Alors je prends dorénavant le temps. Le temps de savourer. Le temps de parler. Le temps d’avancer. Le temps de coudre par exemple des petites choses, en lien avec la décoration de la maison, avec des tissus piochés au fond de l’armoire, ces tissus amassés durant ma période consumériste.

«On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes» – Andy Warhol




Au commencement


Vraiment pas facile d’écrire le premier post de ce blog. Comment vous dire… J’avais envie depuis belle lurette d’un espace rien qu’à moi, un univers personnel sans contrainte, à l’image de ma personnalité. Un lieu presque intimiste. J’avais accumulé depuis quelques temps de magnifiques tissus, découvert des matières nobles, aux motifs textiles parfois singuliers, récupéré de chouettes tissus vintage, et ça me démangeait de les mettre en vie, de les travailler. J’avais envie d’un truc super égoïste, un blog personnel, un peu comme une tablette de chocolat blanc dévorée sauvagement à l’abri des regards. Dévoiler des parcelles de vie, écrire un journal, et puis se (re)centrer sur soi-même, avec des petites choses futiles, qui font plaisir, et procurent un bonheur fugace comme on dit. C’est chose faite.